Article...

Un revêtement clair pour le tunnel de Dullin : le Lumichape

Thèmes : Matériels et matériauxTravaux routiers

Depuis plusieurs années, AREA a décidé de rénover les deux tubes du tunnel de Dullin sur l’autoroute A43, d'une longueur de 1,6 km. Les chaussées de ces tunnels avaient été construites en 1974 en béton suivant la technique des dalles californiennes, pour obtenir un niveau de clarté acceptable. Les dalles reposent sur une couche de forme construite avec le marinage du tunnel. Avec le temps et le trafic en forte hausse (surtout le trafic poids lourds qui totalise 6000 véhicules en moyenne par jour), ces dalles ont pris du jeu et battent au passage des véhicules. Les travaux entrepris depuis l’année dernière ont permis de reprendre les chaussées mais également de renforcer les équipements de sécurité en se référant à la circulaire interministérielle n° 2000-63 du 25 août 2000, relative à la sécurité dans les tunnels. La rénovation a consisté en : ◆ la création de caniveaux reliés à un collecteur béton par des regards siphoïdes tous les 50 m; ◆ le renforcement de la signalétique des niches et des issues de secours ; ◆ le renforcement de la ventilation longitudinale ; ◆ la construction de barrières de fermeture en entrée de tunnel commandées depuis le PC de circulation CESAR qui se situe à proximité du tunnel ; ◆ l’installation d’une DAI (détection automatique d’incident) ; ◆ le changement de la conduite incendie, etc. Et bien sûr la reconstruction complète des chaussées. AREA a choisi de refaire les chaussées avec des bétons bitumineux pour satisfaire au délai très court autorisant les travaux. Ainsi le tube nord a été réalisé (sens Chambéry-Lyon) en 9 semaines d’octobre à décembre 2000 et le tube sud (sens Lyon-Chambéry) également en 9 semaines de septembre à novembre 2001. Pour obtenir un revêtement de chaussées de classe R2, classe minimale exigée au CCTP pour avoir une luminosité acceptable dans le tunnel, AREA a imposé pour le tube nord un grenaillage des enrobés fabriqués avec des agrégats très clairs. Le résultat obtenu est conforme au cahier des charges mais l’aspect de la surface n’est pas homogène en fonction des passes de la grenailleuse et de la charge en bitume des billes d’acier. Pour le tube sud, AREA a donc laissé la possibilité aux entreprises de proposer des variantes sur la constitution de la couche de roulement pour satisfaire aux critères de luminance. Deux variantes ont été proposées. Une première consistant à fabriquer un béton bitumineux pour la couche de roulement avec des agrégats clairs et un bitume de synthèse incolore. Cette solution a été écartée en raison de son surcoût important. La société Gerland Savoie Léman, filiale régionale d’Appia a proposé une deuxième variante originale : le Lumichape qui fait l’objet du présent article.

372.25 Ko

Téléchargez le PDF

Recherche - Archives

Lectorat Publicité Planning rédactionnel